l\'indigné

Quoi encore, la Syrie ?

n

 

Damas poursuit sa guerre contre les rebelles, ignorant l'offre du chef de l'opposition Ahmed Moaz al-Khatib, qui a proposé de dialoguer avec le vice-président Farouk al-Chareh en vue de négocier une issue au conflit qui a fait plus de 60 000 morts en près de deux ans.



L'armée syrienne bombardait violemment, ce 8 février, la banlieue est de Damas, base arrière de la rébellion, pour tenter une nouvelle fois de repousser les insurgés qui s'approchent de la capitale, selon une ONG syrienne.



Quelque 5 000 Syriens quittent chaque jour le pays pour fuir les hostilités et la crise, a indiqué ce 8 février le HCR (Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés). Quelque 787 000 Syriens ont été enregistrés comme réfugiés par le HCR, un nombre en très forte augmentation par rapport à la fin 2012 - elles étaient alors moins de 600 000. 

 

A Damas, Assad rejette les propositions de négociations.
- "Négocier, mais pourquoi ?! Tout est sous contrôle".
Sur les panneaux : Bureaux du président ; examens oculaires ; on demande de l'aide.

Ophtalmo et aveugle  Dessin de Danziger 

 

SYRIE. Plus de 1.300 morts dans une attaque à l’arme chimique, affirme l’opposition" est le nouveau titre du Nouvel Obs sur la guerre que l’Occident veut engager contre la Syrie. En quelques heures donc, on est passé de 100 morts à plus de 1300 morts

 

Libération : Le bilan se monterait à 1 300 morts près de Damas. La communauté internationale exhorte l'ONU, dont une équipe vient d'arriver dans la région, à enquêter au plus vite.

 

Deux fillettes inanimées dont le père soulève et secoue tour à tour les corps en pleurant et en hurlant devant la caméra. L’image de l’une des premières vidéos diffusées hier à l’aube par l’opposition syrienne accusant le régime d’une attaque chimique massive suscite d’abord l’incrédulité. Comment écarter la possibilité d’une mise en scène ou d’une provocation le jour même où les inspecteurs des Nations unies chargés d’enquêter sur l’usage des armes chimiques en Syrie finissent leur premier...

 

Le bombardement de positions rebelles dans la banlieue de Damas, où des armes chimiques auraient été utilisées, a fait 1300 morts, selon George Sabra, figure de l'opposition syrienne. "Les crimes d'aujourd'hui (...) ne sont pas les premiers que le régime commet à l'aide d'armes chimiques, mais ils marquent un tournant dans les opérations du régime (...) Cette fois, c'était pour anéantir plutôt que pour terroriser", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse organisée à Istanbul.

Les autorités syriennes ont nié avoir eu recours à des armes chimiques. Des images vidéos tournées dans la banlieue est de la capitale montrent des gens suffoquant, certains avec de l'écume aux lèvres, et de nombreux corps qui ne présentent pas de blessures.

le 21/08/2013

 

 Quelque 5 000 Syriens quittent chaque jour le pays pour fuir les hostilités et la crise, a indiqué ce 8 février le HCR (Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés). les réfugiés enregistrés par le HCR, sont en  très forte augmentation par rapport à la fin 2012 - . 

 

 

VIDÉO - Alors que les images insoutenables de victimes se multiplient sur Internet, après l'usage présumé d'armes chimiques par le régime syrien, la vidéo d'une jeune fille traumatisée émeut la Toile. Pour le Washington Post , c'est la vidéo «que tout le monde devrait regarder» concernant l'attaque chimique présumée en Syrie  . Difficile de dire si son attitude hystérique est causée par l'attaque présumée ou par la terreur. Selon le Washington Post, qui cite l'homme présent sur la vidéo, la fillette est traumatisée par l'attaque mais aussi par la mort de ses deux parents. Des proches qu'elle appelle en vain. Si la provenance de cette vidéo ne peut être clairement prouvée, pour le journal, les images offrent un autre visage de l'horreur syrienne: celui de ceux qui survivent: «Tout le monde peut reconnaître et comprendre un enfant terrifié

 

Syrie: un million d'enfants réfugiés  
Le nombre des enfants réfugiés à l'étranger en raison de la guerre civile en Syrie a atteint vendredi le million, tandis que deux autres millions ont été déplacés à l'intérieur de leur pays, a annoncé l'ONU. "Ce millionième enfant réfugié n'est pas un nombre comme les autres, c'est un enfant réel, arraché à son foyer, peut-être même à sa famille, confronté à des horreurs", a déclaré le directeur de l'agence de l'ONU pour les droits de l'enfant (UNICEF) Anthony Lake.

Les enfants constituent au moins la moitié de tous les réfugiés syriens, selon les chiffres de l'ONU. La plupart ont trouvé un refuge au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Irak, et en Egypte, mais ils sont de plus en plus nombreux à fuir en Afrique du Nord et en Europe. Les chiffres les plus récents de l'ONU font état de 740.000 réfugiés syriens âgés de moins de 11 ans.

"Ce qui est en jeu n'est rien de moins que la survie et le bien-être d'une génération d'innocents", a déclaré pour sa part Antonio Guterres, Haut-commissaire de l'ONU pour les réfugiés. "Les jeunes de Syrie perdent leur foyers, leurs familles et leur avenir. Même après avoir traversé la frontière, ils restent traumatisés, dépressifs et ont besoin d'une raison d'espérer", a-t-il ajouté.
Par ailleurs, à l'intérieur de la Syrie, plus de deux millions d'enfants ont été déplacés, pour fuir les conflits.

Selon l'ONU, plus de 100.000 personnes ont été tuées depuis le début des violences, il y a deux ans. Parmi celles-ci, il y aurait 7000 enfants. L'ONU a également indiqué que 3500 enfants s'étaient réfugiés en Jordanie, au Liban et en Irak, sans aucun accompagnement familial. Le HCR a réussi à enregistrer chaque enfant réfugié par son nom. L'agence de l'ONU aide aussi les mères qui ont accouché en exil à obtenir des certificats de de naissance pour leurs enfants, afin qu'ils ne deviennent pas apatrides Par le 23/08/2013 
 
 
 
  

Quoi encore, la Syrie ?

 

Depuis une semaine, l'attention de la communauté internationale est entièrement tournée vers le Mali et ses voisins du Sahel, où a débuté une guerre qui met en jeu les pays occidentaux – soit directement, c'est le cas de la France, soit à travers la nationalité des otages capturés par un groupe djihadiste sur le site gazier d'In Amenas,



en Algérie.Dès lors, la Syrie est passée au second plan de l'actualité. Pourtant, la guerre civile y fait toujours rage. Ces derniers jours ont été marqués par des tueries d'une grande ampleur. Le 15 janvier, 87 personnes sont mortes dans le bombardement de l'université d'Alep. Le même jour, 106 civils étaient tués près de Homs, dans une zone de vergers où un millier de déplacés s'étaient réfugiés pour échapper au pilonnage de la "capitale de la révolution" assiégée depuis plus de six mois.Le 16 janvier, trois attentats suicides à la voiture piégée ont tué, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), 35 personnes à Idleb, principale ville du nord-ouest du pays. Le lendemain, 11 civils, dont 7 fillettes et 3 femmes, ont péri dans un raid aérien dans la région de Husseiniyé, au sud de Damas.Et ce 18 janvier, on annonce la mort d'un journaliste français, Yves Debay, tué d'une balle dans la tête par un tireur embusqué à Alep.

Ban Ki-moon : "Pas de chance, c'est la semaine du Mali !"

 

L'inaction du président américain, qui avait affirmé en 2012 que l'utilisation d'armes chimiques en Syrie

 constituerait une «ligne rouge» susceptible d'entraîner une «réaction internationale immédiate» avait été critiquée au printemps, lorsque plusieurs attaques de ce type avaient été signalées, puis confirmées par les capitales occidentales. 

 

La Syrie est sous le feu et la communauté internationale tergiverse sur la livraison d'armes aux rebelles. Des reporters affirment avoir été témoin de l'utilisation d'armes chimiques par Bachar Al Assad.

C'est la fameuse ligne rouge évoquée par les Etats Unis, celle qui pourrait justifier d'une intervention internationale et elles semblent clairement avoir été franchies ‘(Syrie : enquete sur les armes chimiques– Altermonde) . Deux reporters du monde affirment avoir assisté à des attaques d'armes chimiques près de Damas. Laurent Fabius a déclaré aujourd'hui que des présomptions de l’utilisation par le régime de Bachar Al Assad sont de plus en plus fortes. Mais l'Europe tergiverse, sa diplomatie ne parvient toujours pas a parler d'une seule voix sur une livraison d'armes aux rebelles Écrit par : Alterfinance | 28/05/2013

  

Dessin de Haddad paru dans Al-Hayat

Des menaces qui portent…

 

 L'utilisation d'armes chimiques en Syrie, si elle est avérée, constituerait "un crime contre l'humanité" qui aurait "de graves conséquences", selon le secrétaire général Ban Ki-moon depuis Séoul où il est en visite.


"Toute utilisation d'armes chimiques, où que ce soit, par qui que ce soit, et quelles que soient les circonstances, violerait le droit international. Un tel crime contre l'humanité devrait avoir de graves conséquences pour celui qui l'a perpétré", a-t-il déclaré.


"C'est un défi grave pour la communauté internationale dans son ensemble, et l'humanité que nous avons en commun, d'autant que cela s'est passé alors que la mission d'experts de l'ONU se trouvait dans le pays", a ajouté le secrétaire général.


"Je ne peux penser à aucune bonne raison pour qu'une partie quelconque --le gouvernement ou les forces d'opposition-- refuse l'occasion de chercher la vérité dans cette affaire", a-t-il dit. Armes chimiques: l'ONU menace la Syrie  Par  le 23/08/2013


 

Sur le même sujet

ROYAUME-UNIEpreuve de force au G8 à propos de la Syrie

IRLANDE DU NORDDes villages Potemkine pour accueillir le G8

SOMMET DU G8Pas d’accord en vue sur les paradis fiscaux

SYRIEL'opposition divisée

SYRIELes trois messages de Bachar El-Assad

Sommet du G8 : tous pour la paix, bien sûr

 

 Quoi encore, la Syrie ? - citizen Khane

Syrie, dans l'enfer de la répression - Alterfinance

Quoi encore, la Syrie ? - Citizen Khane

Quoi encore, la Syrie ? - Citoyenactif

 

Syrie, dans l'enfer de la répression -, Ophtalmo et aveugle -  Alterfinance

 

Reportages :

 

Syrie - dans l'enfer de la repression (1/4) - YouTube
Alep Syrie, vivre avec la guerre
Révolution syrienne Documentaire "Syrie Interdite" France 2 Envoyé :
 FRANCE 24 Reporters : SYRIE - DOCUMENTAIRE http://www.youtube.com/watch?v=55IVz0_FX6Y


23/08/2013
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres